La vie s'écoule au creux de nos mains entrouvertes
Et nous sommes plus vides qu'un escargot mort
Il ne nous reste plus qu'à prendre un verre encore
Et plus qu'à balayer nos illusions désertes

La vie s'écoule au creux de nos esprits morbides
L'ennui se noie, bien glauque, il glapit et puis grogne
Devant nos souvenirs empestant la charogne
Mais dieu que c'est triste quand mon verre est vide.

La vie s'écoule au creux de nos yeux délavés
Dans ces coeurs déjà vieux de ne vouloir vieillir
Mais la peur de mourir n'épargne pas le pire
Refusons cette vie qu'on nous veut assumer

La vie s'écoule au creux de ton cou de lumière
J'y agrippe mon bras lorsque nous titubons
C'est idiot, mais sans ça je sombre pour de bon
Tu me gifles, tu cries que c'était la dernière

La vie s'écroule au fond de cet ultime verre
Ce soir mes mains, mes yeux, mon esprit et mon coeur
S'en vont dans la boisson abreuver leur douleur
Ce soir je bois, je bois encore une dernière.